Le commerce en ligne, pas si simple ! Le taux de conversion, un but, un défi.

Le commerce en ligne, pas si simple ! Le taux de conversion, un but, un défi.

Une des plus grandes difficultés du commerce en ligne : le taux de conversion.

Comment optimiser son site e-commerce pour générer et augmenter le taux de conversion ?

Le monde du commerce est en constante évolution et le commerçant doit continuellement s’adapter aux nouvelles exigences du marché. A l’heure actuelle, il est indispensable pour le commerçant d’être présent sur internet et de créer, en complément de sa boutique physique, une boutique en ligne.

Toutefois, le monde de la vente en ligne n’est pas tout rose. Le commerçant désirant vendre en ligne va se trouver confronté à un nombre important de difficultés.

Outre l’aspect financier et la problématique des connaissances techniques, qui nécessite de faire appel à des sociétés spécialisées, la principale difficulté, souvent sous-estimée, est de pouvoir générer un taux de conversion suffisant.

Le taux de conversion d’un e-commerce est obtenu en divisant le nombre de commandes obtenues pour une période donnée, par le nombre de visiteurs pour cette même période.

Pour générer un taux de conversion, il faut optimiser un maximum sa boutique en ligne. Plusieurs pistes sont à suivre pour mettre le visiteur en confiance et l’inciter à passer à l’acte d’achat :

  1. Soigner le design.
    L’aspect du site doit être agréable à l’œil et mettre d’emblée le client en confiance, le choix des couleurs est important. La navigation doit être très simple et intuitive. La page d’accueil doit fournir tous les renseignements relatifs au commerçant afin que le visiteur sache d’emblée à qui il a à faire.
  2. Rédiger des fiches produit complètes.
    Étant donné que le client potentiel ne peut ni voir ni toucher l’article, il est primordial que la fiche produit soit complète (poids, dimensions, tailles…) et qu’elle soit très précise dans la description du produit (couleur, matière, composition…). Ajouter des photos, prises sous divers angles, aide à avoir une idée plus précise.
  3. Proposer des moyens de paiement sécurisés. Le client aime pouvoir choisir lui-même son moyen de paiement. Il est donc important d’en proposer plusieurs. Les plus utilisés par le consommateur belge sont par ordre d’importance :
    • La carte de crédit, elle est simple d’utilisation, universelle, mais elle n’est pas accessible par tout le monde et il existe un risque d’usurpation.
    • La carte de débit qui redirige le client vers l’interface de Web-banking de sa banque, ce qui offre un sentiment de sécurité. Toutefois, il s’agit d’un système national et la contestation en cas de problèmes est plus ardue.
    • « PayPal » combine un moyen de paiement du type carte de crédit à un identifiant associé à un mot de passe.
    • Le virement bancaire est le moyen de paiement le moins cher et le plus simple d’utilisation. Il est gratuit et fiable. Toutefois, il implique un délai de livraison plus long, car le fournisseur attend la réception du paiement.
    • Certaines banques offrent à l’heure actuelle le paiement mobile via leurs propres applications web.
  4. Proposer des conditions de livraison adaptées. Le commerçant doit mettre en place une politique de livraison attirante pour le client, mais qui reste rentable pour lui. Plusieurs possibilités se présentent à lui, les principales sont :
    • La gratuité totale des frais de livraison ;
    • Les frais de livraison offerts pendant une durée limitée ;
    • Les frais de livraison offerts à partir d’un montant d’achats minimum ;
    • Le forfait de frais de livraison fixe.

Une fois ce taux de conversion généré, il faut mettre en place des stratégies permettant d’augmenter ce taux de conversion.

Pour booster le taux de conversion, il est possible de mettre en place plusieurs stratégies :

  1. Intégrer au site des « Call-to-action », il s’agit de « boutons » incitant le client à poser une action, tel que « réserver maintenant », « en savoir plus », « jouer à ce jeu », etc.
  2. Mettre en place une politique de fidélisation du client, tel que :
    • attribuer des points de fidélité ;
    •  offrir la possibilité au client de donner son avis ;
    •  proposer la livraison premium (abonnement offrant la livraison gratuite, la livraison gratuite en 24 heures) ;
    • garder le contact avec le client par le biais de l’envoi d’e-mails d’information, les newsletters, ainsi que de mails de relance qui s’adressent aux clients qui ont entamé le processus de commande, mais qui ne l’on pas finalisé. Mettre en place une communication efficace donne un sentiment de confiance au client.
  3. Faciliter la navigation des clients. Il est important que l’utilisation du site soit intuitive et que les menus soient simples et explicites. La mise en place d’un moteur de recherche performant est également un plus.
  4. Mettre à jour le contenu du site. Il est conseillé de mettre en place, soit des designs, soit des promotions en relation avec les saisons, les fêtes (Noël, fête des mères ou des pères, etc.), les événements mis en place par la boutique, tels que les soldes ou les ventes flash par exemple
  5. Utiliser les réseaux sociaux. Les réseaux sociaux sont devenus un moyen de communication incontournable entre le commerçant et ses clients. Ils permettent de garder le contact et d’annoncer les actions saisonnières ou promotionnelles. Ils permettent également aux clients d’interagir avec le commerçant, mais aussi avec les autres clients.

Toutefois, mettre en place concrètement cette théorie n’est pas si simple et demande un travail de longue haleine. Chaque stratégie doit être analysée et adaptée aux besoins du commerçant et de sa boutique en ligne. Dans la pratique, il arrive fréquemment que certaines d’entre elles ne puissent pas être mises en œuvre, ou doivent être adaptées.

Article écrit par Cindy DELFOSSE

Je suis actuellement étudiante en E-Business à la HEPH Condorcet de Tournai. Ma première passion est l'informatique, ce qui m'a mené à faire la fin de mes études secondaires à l'Institut Provincial d'Enseignement Secondaire d'Ath dans la section Informatique. Dans cette continuité, j'ai fais une première année en réseaux et télécommunications à l'Ecole Supérieure d'Informatique à Bruxelles, malheureusement cela ne correspondait pas à mes attentes. Voulant continuer dans un domaine lié à l'informatique et à la communication, je suis finalement devenue étudiante en E-Business. Je pratique également d'autres passions telles que l'équitation, la lecture et la musique.