Les différentes plateformes de crowdfunding

Les différentes plateformes de crowdfunding

Le crowdfunding est une activité qui a pris son envol aux Etats-Unis il y a maintenant quelques années. Le marché mondial concernant cette sorte d’investissement un peu spécial en 2013 atteignait un peu plus de 5 milliards de dollars, dont 2,7 milliards rien qu’aux Etats-Unis, c’est dire à quel point le pays de l’Oncle Sam est un pionnier de ce domaine.

Le problème, lorsque l’on désire investir dans du crowdfunding, c’est que l’on manque généralement d’informations concernant la plateforme à utiliser. Laquelle est la mieux adaptée ? Peut-on faire confiance à toutes les plateformes ? Petit point sur les différents lieux incontournables du crowdfunding.

(Si vous ne savez pas ce qu’est le crowdfunding, ou si vous désirez des conseils pour éviter les arnaques, n’hésitez pas à cliquer ici pour plus d’informations)

Les plateformes de rang mondial

Comme dans énormément de domaines, les Etats-Unis ont fait office de précurseurs en matière de crowdfunding et c’est la raison pour laquelle les plus grandes plateformes sont issues des USA. Quelques-unes, parmi les plus réputées :

Kickstarter

Logo de Kickstarter

Sûrement la plateforme la plus connue du monde. Kickstarter est une société qui permet aux porteurs de projets de se faire financer, même quand leur projet n’est qu’au stade de simple idée. La particularité de ce site est qu’il propose d’investir une certaine somme d’argent, en fonction de l’objectif fixé par le demandeur. Une chose à savoir en investissant sur Kickstarter est que vous pouvez être sûr de ne jamais revoir votre argent en tant que tel. En effet, l’idée développée par cette platerforme est que l’on puisse acheter des goodies (tels que des places de concert, une lettre dédicacée de la main du porteur de projet, un des premiers biens produits par la personne financée, …). Une autre particularité de Kickstarter est que vous ne paierez que si l’objectif fixé par le porteur de projet est atteint dans les délais. Une fois l’objectif complété, le retrait d’argent est effectué et chaque investisseur reçoit son argent. Si jamais la somme totale demandée n’est pas atteinte, vous récupérez votre argent.

Si vous-même vous avez un projet que vous souhaiteriez financer avec l’aide de Kickstarter, il est très important de savoir que cette plateforme prendra 5% des fonds totaux collectés. Amazon (qui effectue le transfert d’argent) touchera aussi sa part puisqu’il prendra entre 3 et 5%, ce qui n’est pas négligeable en sachant que l’on vient sur cette plateforme avant tout parce qu’on manque d’argent.

Site : https://www.kickstarter.com/

Indiegogo

indiegogo

De la même manière que Kickstarter, n’importe quelle personne majeure peut choisir Indiegogo pour tenter de faire financer son projet qui peut, encore une fois, n’en être qu’au stade d’idée. Et là non plus, l’objectif n’est pas d’octroyer un prêt d’argent mais bien d’acheter des goodies sous diverses formes. Sur ces points, Indiegogo et Kickstarter sont des plateformes de crowdfunding similaires. Le changement majeur s’effectue au niveau de l’objectif fixé par le porteur de projet : le demandeur reçoit quand même l’argent, peu importe si l’objectif est atteint ou non (il reçoit l’argent entre 10 à 15 jours après l’échéance prévue). Mais que se passe-t-il lorsque ce dernier n’est pas complété ? Le choix est entre les mains du porteur de projet : il peut, dans un élan d’honnêteté, décider de vous rendre l’argent investi sans avoir à payer une quelconque charge ou alors il peut choisir de garder l’argent pour lui mais dans ce cas très particulier, il devra s’acquitter d’une somme égale à 9% de l’argent récolté (somme qui ira bien-entendu à Indiegogo).

Là également, si vous souhaitez recevoir un financement de la part des internautes, vous devrez payer une charge. Mais par rapport à Kickstarter, cette dernière est moindre car Indiegogo prendra seulement 3% de la somme totale récoltée si votre campagne est considérée comme étant réussie (c’est-à-dire que l’objectif doit être atteint dans les délais impartis).

Site : https://www.indiegogo.com/

Kiva

kiva

Kiva est une plateforme n’ayant rien à voir avec les deux autres. Cette fois, le but est de financer des microcrédits afin de venir en aide aux habitants de pays en voie de développement. Il s’agit là d’aider des gens qui ont bien souvent moins de chance que nous et de faire une bonne action. Kiva est une organisation à but non lucratif (ce qui signifie que son but n’est pas de gagner de l’argent contrairement à Kickstarter et Indiegogo) et, selon la loi américaine, elle n’est pas autorisée à proposer un taux d’intérêt aux internautes. Au final, Kiva n’est qu’une sorte de vitrine pour permettre aux internautes de découvrir des entrepreneurs en fonction de leur profil et de leur localisation. Les internautes choisissent ensuite l’entrepreneur qu’ils souhaitent aider et transfèrent de l’argent via Paypal.

Kiva, qui joue ici le rôle d’intermédiaire, réunit ensuite l’argent et le verse à l’entrepreneur qui sera par la suite chargé de rembourser le microcrédit accordé. Et dans le sens inverse, celui qui a bénéficié du prêt verse un peu d’argent à intervalles réguliers, la plateforme réunit l’argent récupéré pour ensuite le rendre aux internautes qui ont investi. Kiva propose donc de faire un geste purement philanthropique puisqu’en plus du fait de ne pas toucher d’intérêts, il existe un risque (certes infime car le taux de remboursement est de 99%) que vous ne revoyez jamais votre argent. À noter que malgré ce que l’on pourrait penser, le site fonctionne très bien puisqu’il compte plus d’un million d’investisseurs.

Site : http://www.kiva.org/

Les plateformes européennes

De manière similaire à ce qu’il s’est passé dans pas mal de domaines, les européens ont vite tenté de suivre le mouvement en lançant eux aussi leurs propres plateformes de crowdfunding. Cette fois-ci, nous parlerons de deux plateformes françaises et d’une belge.

KissKissBankBank

kisskissbankbank

Basée sur le même principe que Kickstarter, KissKissBankBank est une société française qui ne manque pas d’ambition et qui fait preuve de beaucoup de soins pour sélectionner les projets finançables. En effet, sur cette plateforme, il est impossible de proposer un projet qui n’en est qu’au stade de l’idée, il faut que ce dernier soit déjà un minimum développé. Lorsqu’un demandeur de financement propose son projet, ce dernier est d’abord analysé par l’équipe du site avec minutie. En général, trois projets sur quatre sont refusés parce qu’ils ne sont pas encore assez développés. Cette fois, le service proposé va encore plus loin : la personne qui donne de l’argent peut choisir elle-même la contrepartie (les récompenses disponibles diffèrent en fonction de la somme offerte) ou alors tout simplement faire un don d’argent, sans contrepartie. De la même façon que Kickstarter, les projets qui n’atteignent pas l’objectif fixé ne recevront jamais l’argent récolté et aucun internaute ne sera débité.

Si vous souhaitez soumettre un projet à l’équipe du site, sachez que KKBB est une plateforme qui prélève, elle aussi, un certain pourcentage sur la somme totale récoltée. Dans son cas, elle récupère 8% pour chacune des campagnes réussies (5% pour le site et 3% de « frais bancaires »).

Site : http://www.kisskissbankbank.com/

Hellomerci

hellomerci

Hellomerci est une plateforme de prêt solidaire, c’est-à-dire que les sommes prêtées seront très petites. Ainsi, cette plateforme permettra de financer des projets à « petite échelle » : financement d’études, lancement d’activité professionnelle, amélioration de la vie d’une société, … Sur Hellomerci, tout le monde peut emprunter une somme allant de 200€ à 10.000€, à condition d’avoir un projet qui tienne la route. Cette plateforme se démarque par le fait qu’elle propose les prêts à des taux de 0%, c’est-à-dire que si vous prêtez de l’argent à un demandeur, vous récupèrerez la somme que vous aviez investie, ni plus ni moins. Ici, le but n’est pas de trouver des investisseurs à l’autre bout de la planète mais bien de demander de l’argent à des gens de votre entourage proche ou lointain. Alors pourquoi les gens accepteraient-ils de donner de l’argent ? Le site joue énormément sur l’aspect sentimental de la chose : investir dans une telle cause pourrait permettre aux internautes de voir les gens qu’ils apprécient s’épanouir. Un autre intérêt du site est aussi, qu’en tant que demandeur d’argent, vous pourrez tout paramétrer en fonction de votre situation : il vous sera possible de choisir le montant, la durée de l’emprunt, l’intervalle entre chaque paiement, …

Bien-entendu, les taux d’intérêts concernant les prêts sont à 0% mais pour assurer sa continuité, Hellomerci prélèvera malgré tout entre 3 et 6% de la somme totale récoltée, le pourcentage dépendant de la durée du prêt. En cas de non-remboursement de l’emprunt,vous ne toucherez pas votre argent (le site déclinant toute responsabilité) mais vous aurez tout de même une reconnaissance de dette vous permettant d’attaquer en justice, si vous le souhaitez, le porteur de projet.

Site : https://www.hellomerci.com/

Look&Fin

lookfin

Société belge, Look&Fin est une plateforme de crowdfunding réservée aux entreprises, c’est-à-dire que les particuliers ne peuvent pas y demander de l’argent. Elle permet aux internautes 4 types d’investissement, ces derniers sont repris sur le site officiel de la société :

  1. Le financement par le don : Ici, l’individu ou l’entreprise fait appel à la générosité du public afin que celui-ci finance un projet ou une cause. Le système existe en réalité depuis longtemps, même s’il n’évoluait pas sous l’appellation ‘crowdfunding’. C’est ainsi par exemple le cas de Wikipédia, l’encyclopédie en ligne, qui se finance grâce aux dons du public.
  2. Le financement ‘avec récompenses’ : Dans ce cas, les individus qui composent la ‘crowd’ donne leur argent à une entreprise en échange d’une « récompense », bien souvent le produit ou le service fourni par ladite entreprise. Les plateformes KickStarter et IndieGoGo sont certainement les plateformes les plus connues de ce type de crowdfunding.
  3. Le financement avec entrée en capital : Comme l’appellation l’indique, l’ «equity based crowdfunding» permet aux entreprises de lever des fonds auprès d’investisseurs particuliers en leur offrant en retour des parts du capital de la société.
  4. Le financement par prêt : Ce modèle permet à la ‘crowd’ de prêter de l’argent à une personne ou une entreprise. L’emprunteur remboursera alors son prêt avec intérêts.

Ce site propose donc tous les différents types de crowdfunding mais est uniquement pour les entreprises. Les modalités de remboursement étant beaucoup plus techniques et complexes, je vous invite à vous rendre, si vous êtes une entreprise intéressée, dans la FAQ du site qui répondra à toutes vos questions.

Site : http://www.lookandfin.com/

Article écrit par Thomas Hellin

Étudiant en E-Business à la Haute École Condorcet. Passionné de nouvelles technologies, d'économie mais aussi de rédaction de textes en tous genres.

Quelque chose à dire? Réagissez!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *