Les objets connectés représentent-ils une menace dans le monde du travail ?

Les objets connectés représentent-ils une menace dans le monde du travail ?

Ils sont partout, ils nous entourent, ces objets que l’on dit connectés. Utiles et plein d’avantages, ils contribuent à notre bien-être et à notre vie de tous les jours. Ils sont également bien présents dans le monde du travail. Grâce aux objets connectés, certaines tâches s’automatisent, ce qui relancerait le dilemme entre progrès technique et emploi. À caractère envahissant, représentent-ils une menace dans le monde du travail ?

Les objets connectés sont partout !

Nous entendons de plus en plus parler d’IoT (Internet of Things), d’objets connectés, de maisons intelligentes, voire de monde connecté. Cependant, les cyber-technologies représentent de nombreux avantages mais aussi de réels dangers…

Que vous soyez étudiant, employé, ou même hors du cycle de l’emploi, les objets connectés font partie de votre vie. Ils vous entourent à la maison, comme au travail. Ils prennent de plus en plus de place et suscitent, de ce fait, quelques inquiétudes. L’éternel dilemme entre progrès technique et emploi reste d’application. Facilitant le quotidien, ces objets apportent un service complet en plus d’une fonction, mais comment ? Ce service s’appuie sur le recueil de données et leur croisement pour faciliter son usage et améliorer la qualité de vie de ses utilisateurs.

Selon Rik Ferguson (Vice-Président Security Research pour Trend Micro) : « Qui dit monde connecté dit aussi vulnérabilité. Une connexion aussi vaste n’est en effet possible qu’au prix du stockage d’une énorme masse de données personnelles fournies par les utilisateurs ».

Objets connectés présents dans tous les secteurs d’activités :

Aujourd’hui 21% des entreprises sont déjà totalement équipées d’objets connectés tandis que 38% le sont partiellement ; et seulement 15% n’ont pas envisagé les possibilités offertes par l’IoT. Dans ce domaine, les plus avancés sont les Espagnols où 30% des entreprises ont des initiatives dans l’IoT, selon les estimations du cabinet IDC (IDC = International Data Corporation). L’Allemagne, quant à elle, figure à la dernière place des Européens occidentaux, avec 23% d’organisations connectées. Petit à petit, de plus en plus d’entreprises utiliseront les objets connectés, ils sont déjà présents dans 29% des entreprises en Angleterre et 63% des entreprises Américaines.

Présents dans tous les secteurs d’activités, les objets connectés nous envahissent ! Quel que soit le secteur, un travail qui pourrait être fait par l’homme sera confié à une machine.

Les travailleurs ont le sourire

Source : Objet connecté, « Les travailleurs ont le sourire ! »

Le secteur du sport connecté, par exemple, est un des moteurs de l’expansion des objets connectés. Ils imposent leur légitimité avec la présence de sportifs professionnels tels que Rafael Nadal et la raquette connectée. Ce sont plus de 70 millions d’amateurs et 630 clubs sportifs qui feront appel aux nouveaux outils numériques pour améliorer leur pratique sportive. D’ailleurs, les conseils sportifs ne sont plus donnés par un coach en chair et en os mais bien par l’application qui se trouve sur votre smartphone, comme le ballon de basket connecté de Wilson X et son application.

Grâce à un environnement dynamique et innovant, le numérique transforme l’économie de la santé au même titre que les autres secteurs d’activités. Cela représente un réel avantage pour améliorer la prévention des éventuelles maladies chez les patients. C’est non seulement l’économie qui est transformée mais également les habitudes des patients car ils profitent d’un traitement à distance. Les médecins craignent que les patients s’en remettent aux consultations à distance et boudent leurs cabinets.

Le cabinet d’études Xerfi prédit que le secteur de la maison connectée, estimé à 180 millions en 2017, va s’intensifier dans les années à venir. La « smart-home » est un sujet récurrent chez la plupart des grandes entreprises qui n’hésitent pas à mettre en place leur vision de la maison connectée. Néanmoins, le danger pour le monde de l’emploi est grand car cette maison remplacera un ensemble de métiers classiques grâce à sa multitude d’objets tels que la tondeuse, la caméra ou encore l’aspirateur connecté.

Les objets connectés ont envahi encore bien des secteurs. Nous citerons ce dernier : la technologie portable ou « wearable technology » qui représenterait 8 milliards d’euros d’ici 2018, soit 130 millions d’objets connectés portés. Ce secteur regroupe les lunettes, les vêtements, les chaussures,…Bref, tout ce qui est portable. Le secteur le plus prometteur reste la montre connectée car elle peut embarquer la plupart des fonctionnalités du smartphone sur son petit écran, mettant ainsi en péril le secteur de l’horlogerie et ses employés.

Une menace pour le monde du travail ?

Les robots n'ont pas besoin de nous

Source : Maison et domotique, »Robots don’t need you »

D’ici à 2025, 3 millions d’emplois pourraient être supprimés, en raison de 20% de métiers devenus automatisés et plus seulement en terme de production de biens matériels, mais également en terme de services. Notre futur sera transformé par l’automatisation ; la peur de se voir remplacer par un robot ou tout autre objet connecté intelligent est donc légitime.

Le secteur de la vente semble aussi être mis à mal ! Il suffit de penser à la nouvelle application  d’Amazon, qui existe aux Etats-Unis, permettant de se faire livrer ses repas dans l’heure. Le secteur des transports pourrait, lui aussi, en souffrir avec le développement croissant des voitures entièrement automatisées qui ne requièrent plus aucune assistance humaine. Qu’en sera-t-il donc des taxis ou des chauffeurs de poids lourd ?

Heureusement, l’humain reste indispensable non seulement pour créer l’objet connecté, la nouvelle technologie ou l’outil indispensable de demain, mais aussi pour le mettre en place, le modifier, le réparer ou encore le remplacer par un autre modèle mis à jour et sûrement plus performant.

Les nouveaux emplois dans le monde connecté

Cette société entièrement numérisée, qu’est la nôtre, engendrerait pourtant de nouveaux emplois. Un véritable nouvel essor économique se développe à partir de ce marché. Dans certains secteurs, tels que la santé, une réduction des dépenses énergétiques et une précision fortement renforcée s’offrent à nous  ! Nous pouvons citer, par exemple, la lentille médicale HÜD qui se fixe à n’importe quel appareil photo ou smartphone dans le but d’analyser vos grains de beauté et d’ainsi lutter contre le cancer de la peau !

Aujourd’hui, de nouvelles possibilités nous tendent les bras car, en terme d’étude et d’emploi, de nouvelles structures se sont mises en place. De nombreux projets se sont également développés comme la recherche et le développement, l’intégration de système, la gestion de projets, le développement web et multimédia.

L’arrivée de ces nouvelles façons d’acheter et de vendre en ligne, des smartphones, des réseaux sociaux et l’arrivée du commerce connecté ont modifié la façon d’acheter et de vivre des consommateurs. Afin de satisfaire les besoins de plus en plus spécifiques de ces derniers, les métiers du web et la formation aux métiers du web doivent suivre cette évolution constante. Le Web a donné naissance à de nouveaux usages qui ont généré de nouveaux business. Comme Internet nourrit directement ou indirectement une partie de l’économie, une multitude de nouvelles professions s’offrent à nous. Et nous avons l’embarras du choix : cela va du Chief Digital Officer au Web Product Manager en passant par le Data Scientist, etc. Cependant, l’accessibilité à ces métiers varie selon les années d’expériences professionnelles, certains en requièrent une et d’autres cinq.

Pour terminer, nous pouvons en conclure qu’évidemment l’IoT et les objets connectés prônent l’automatisation. Et de ce fait, certains métiers sont destinés à se renouveler pour ne pas disparaître complètement. Cependant, de nouvelles professions ont su voir le jour grâce à l’évolution constante de notre société économique. Et ce sont ces métiers-là qui régneront sur tout le système car une machine intelligente n’est rien sans l’humain qui l’a créée ou qui a l’intention de la créer…

 

Sources :

levif.be : les objets connectés pour le meilleur et pour le pire…

objetconnecte.com : Les emplois dans l’IoT, réalité ou fiction en France ?

twitter.com : Rik Ferguson

objetconnecte.net : Les objets connectés, une menace pour l’emploi ?

objetconnecte.com : Les objets connectés, l’équipement de l’employé du futur ?

Article écrit par Laurence Fauconnier

Étudiante en e-business à la Heph Condorcet, j'y poursuis ma ferveur pour les nouvelles technologies et les métiers de l'e-commerce. Je suis également passionnée par la photographie et les animaux.