Pourquoi les PME communiquent-elles sur le web ?

Le web et les réseaux sociaux sont devenus l’activité numéro un en ligne. Le lieu où les personnes s’expriment, s’amusent et échangent entre amis. Ça leur permet, entre autre, de se construire une identité. On constate qu’en Belgique, 98% des sociétés privées sont des PME. Mais quelle est la raison pour laquelle, ces moyens de communication sont de plus en plus utilisés par celles-ci ? 

évolution des médias

L’objectif principal des PME n’est pas d’avoir le plus grand nombre de « like » sur les réseaux sociaux mais de vendre. Pourtant, on peut remarquer depuis plusieurs années que les entreprises sont de plus en plus nombreuses à être présentes sur les médias sociaux. Les chiffres ci-dessus démontrent l’importance du digital dans les canaux de communication : une croissance de 8% en à peine deux ans. C’est le média qui augmente le plus devant la télévision, alors que les autres sont en pleine chute.

Ces chiffres montrent que l’internet prend davantage d’ampleur sur ces concurrents directs et devient l’une des solutions majeures pour les entreprises. Mais pourquoi est-ce un moyen efficace pour ces PME?

La croissance des prix pour les médias traditionnels

Les médias traditionnels, appelés également « médias de masse », permettent de mettre en relation des personnes ou des groupes de personnes par les moyens de communication les plus connus depuis des centaines d’années tels que la télévision, la presse écrite, les magazines, la radio, etc. Ils permettent de créer un ensemble d’actions informatives, d’actions publicitaires par des sociétés. Ils permettent d’avoir de nombreux avantages tels qu’un horaire publicitaire adapté au public cible et une fréquence de la publicité. Ce type de publicité n’est pas noyée par un surplus d’information (= l’infobésité). Sur internet, les internautes sont confrontés à des centaines de publicités par jour.

Cependant, avec l’arrivée du web 2.0 et des réseaux sociaux, une concurrence s’est fortement installée. Leur plus gros problème est d’être très coûteux par rapport au web. Il est parfois difficile pour les PME de débloquer un budget publicitaire aussi important pour faire sa promotion. Sans oublier que pour atteindre les consommateurs et clients potentiels internationaux, le coût est encore plus élevé.

En 2013, Pierre Vandenberck (ex-directeur de la régie publicitaire de la chaine télévision La Une), disait : « Avec ses 65 millions d’habitants, la France est un marché onze fois supérieur à celui de la Belgique francophone ». Due à cette inflation des prix pour les médias traditionnels, internet en a profité pour faire davantage sa place parmi les annonceurs.

Le web : une plateforme nationale et internationale

Le web et les réseaux sociaux sont faciles et moins cher pour les entreprises. En effet, il est plus intéressant de créer un site internet à long terme que de réaliser une nouvelle publicité toutes les semaines. Elles peuvent, aujourd’hui, utiliser ces outils 2.0 afin de se mettre en avant sur la toile.

Les médias sociaux persuadent de plus en plus les entreprises à aller vers ces réseaux suite à un contact et un dynamisme incroyable de leur part. Il est essentiel pour les entreprises d’être présentes sur la toile pour leur développement. Gagner plus de terrain, être là où les clients et futurs clients potentiels attendant. Il devient stratégique de se placer là où les internautes se trouvent. C’est l’un des moyens, voir le moyen le plus efficace pour atteindre les consommateurs au-delà de ses frontières et tout cela en quelques clics ! Enfin, presque…

Opter pour un site internet, une présence sur les réseaux sociaux et un bon suivi

Actuellement, il y a trois types d’entreprises face à internet :

  • les entreprises qui ont réalisé l’effet d’une présence en ligne sur leur développement de l’activité mais également sur leur chiffre d’affaires ;
  • les entreprises qui ne sont pas encore convaincues par internet ;
  • les entreprises qui se sont lancées dans la communication web mais sans véritables stratégies. De ce fait, les résultats n’ont pas suivi et ont donc rayé cette option de leur communication.

De la plus petite à la plus grande entreprise, toutes sont concernées. Une entreprise qui s’engage dans la communication 2.0, se lance dans un environnement où elle a probablement une existence avant même d’y toucher. Plutôt que d’anticiper, il faut évoluer dans son environnement en mutation et savoir se différencier. Le choix des canaux de communication n’est toutefois pas une tâche aisée vu le nombre de possibilités existantes. Avoir un site internet est l’élément incontournable pour accroître son e-réputation. Une présence sur les réseaux sociaux est conseillée au vu de l’ampleur de ces-derniers.

L’entrepreneur devra s’inscrire sur le plus de plateformes accessibles pour réserver un compte à son nom afin de faciliter son référencement et leurs utilisations dans le futur. Construire l’image d’une entreprise sur le web nécessite une certaine patience. Il est impératif de déterminer les objectifs à atteindre ainsi que la manière d’y parvenir. Une bonne stratégie mènera à une meilleure communication.

De nombreuses sociétés craignent de se confronter à des avis de consommateurs de manière publique mais il est important de ne pas laisser l’information prendre l’ampleur (exemple : le bad buzz). Il est nécessaire de proposer des solutions afin de protéger sa réputation ainsi que travailler son image.

Il y a différentes facettes pour se développer sur le web. Un conseil ? Il faut prendre le temps de voir l’avenir.

Sources:

SIMOENS, Guillaume, analyse d’une communication 2.0 dans l’exportation de produits d’une PME, TFE, HEPH Condorcet, Catégorie économique, 2015-2016

Les Belges et Internet : l’analyse complète

E-communication des PME : des ressources manquantes

La publicité internet dans le monde

Article écrit par Guillaume Simoens

Passionné depuis toujours par l'informatique et ses nouvelles technologies, je suis actuellement étudiant dans la formation e-Business de la HEPH Condorcet