Pourquoi les sites internet coûtent-ils si cher ?

Pourquoi les sites internet coûtent-ils si cher ?

Depuis près de deux décennies, Internet n’a cessé de croître en importance à tel point où une absence sur la toile peut se montrer très préjudiciable pour n’importe quelle entreprise de la planète. Et malheureusement, avoir la chance de disposer d’un site web pour son entreprise peut être plutôt onéreux, surtout pour les structures les plus petites… En fonction du type de site à développer,  les prix peuvent vite décoller : il faut compter au moins 2.000€ pour un « simple » site vitrine (qui permet à une entreprise d’avoir une présence sur la toile afin de présenter ses ventes et attirer des clients potentiels dans son magasin physique) et entre 10.000 et 50.000€ (voire plus) pour un bon site e-commerce. Mais pourquoi le coût de développement d’un site est-il aussi élevé ? Quelles sont les différentes étapes qui vont mener à une telle dépense ? Le souci que rencontrent les agences web par rapport à ces questions est que peu de gens peuvent se rendre compte de l’implication que nécessite la création d’un site. Proposant un service virtuel (et donc encore plus difficile à valoriser), elles ont souvent bien du mal à convaincre les gens qui sont « de l’autre côté de la barrière » (surtout les plus petits commerçants) qu’un prix de 5.000€ pour un site est justifié. C’est la raison pour laquelle il est important que l’agence web prenne le temps de bien définir les étapes principales de la création d’un site.

Un budget alloué pour une bonne gestion de projet

Il est crucial pour les deux parties de fixer un budget :

  • pour le client : il s’agit d’établir la somme d’argent maximum qu’il peut investir dans son site afin de s’assurer que l’agence ne développera pas un site trop cher pour lui ;
  • pour l’agence : il en va de la bonne gestion du projet. Grâce à la définition du budget alloué par le client, il lui est possible de définir des priorités en accord avec le client (mettre plus d’argent dans le design que dans les fonctionnalités par exemple).

Qui plus est, contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’agence ne touchera pas tout l’argent contenu dans le budget. En fonction du CMS utilisé (système de gestion de contenu tel que WordPress ou Prestashop par exemple), il faudra aussi sélectionner toute une série d’outils à utiliser afin que le site réponde aux besoins du client, ce qui peut là aussi amputer une bonne partie du budget.

Le développement par l’agence web

Il s’agit ici du seul point pour lequel l’agence touchera de l’argent. Le développement va se faire en quatre étapes bien définies :

  • le wireframe : phase de préparation du site, il s’agit de réaliser un schéma sommaire des divers composants (menu, bannière, contenu principal, etc.) à l’aide d’un outil tel que wireframe.cc par exemple afin de préparer l’étape suivante ;
  • le graphisme : création du design du site en rapport avec les envies du client (couleurs dominantes, placement des éléments comme sur le wireframe, etc.), se fait avec Photoshop pour la plupart des graphistes ;
  • l’intégration : moment où le site en lui-même est créé en HTML/CSS (langages de balisage et de gestion de la présentation) en se basant sur le graphisme mis en place à l’étape précédente. Cependant, le site reste vide de contenu ;
  • le développement des fonctionnalités: c’est lors de cette quatrième et dernière étape que les fonctionnalités du site sont mises en place. C’est cette partie qui est la plus longue puisqu’il faut prévoir absolument tous les cas de figure en se mettant à la place d’un utilisateur classique.

En ce qui concerne le développement général, l’agence peut mettre environ une trentaine d’heures pour un site vitrine alors qu’il faut au moins compter le double pour un site e-commerce, ce qui prouve que la création d’un bon site ne se résume pas à « cliquer sur trois boutons » comme on peut souvent l’entendre.

Adaptation à la technologie en vogue

Le métier de développeur (qu’il soit intégrateur ou pur développeur de fonctionnalités) évolue constamment et doit s’adapter aux technologies de pointe, ce qui nécessite parfois d’effectuer de la R&D (recherche et développement) . C’est ce qui est arrivé par exemple avec la croissance de l’utilisation du mobile chez les internautes. Il a alors fallu commencer à créer des sites s’adaptant à toutes les tailles d’écran afin de suivre le mouvement et ne pas être dépassé par des concurrents le faisant déjà. C’est ainsi qu’est né le responsive design, véritable révolution dans le développement de sites internet. Mais cette adaptation a des conséquences sur le budget : en moyenne, rendre le site adaptable en fonction des tailles d’écran peut augmenter d’entre 20 et 30% le prix total d’un site, ce qui est loin d’être négligeable.

responsive

Différence entre un site non-responsive (à gauche) et un site responsive (à droite).

Des extensions coûteuses

Outre les tarifs pratiqués par les agences, un autre aspect à prendre en compte dans les dépenses est l’achat de diverses extensions (ou plugins) nécessaires au bon fonctionnement du site. Encore une fois, ce type d’achat dépendra du CMS utilisé (Prestashop est plutôt gourmand à ce niveau-là) et des fonctionnalités à développer. À titre d’exemple, pour développer un site multilingue sous WordPress, l’achat de WPML (plugin multilingue le plus complet actuellement) coûte entre 79 et 195$ (en fonction de si on prend une licence annuelle ou à vie), ce qui représente tout de même une petite partie du budget. Malgré tout, WordPress reste beaucoup plus accessible que certains autres de ses compères, la plupart de ses extensions étant gratuites (ou proposant des versions gratuites avec des fonctionnalités réduites) tandis que d’autres comme Prestashop (CMS dédié au e-commerce) peuvent très vite dépasser les 1.000€ de dépenses en extensions diverses, ce qui impacte énormément la qualité du site pour les plus petits budgets (l’agence ayant eu à travailler plus rapidement, il est possible qu’elle omette certains bugs).

Appel à des prestataires extérieurs

Les services proposés par diverses agences de communication permettent d’optimiser un peu plus le site en cours de développement. Il n’est pas rare que le client souhaite par exemple bien paraître au niveau référencement (position du site dans les moteurs de recherche comme Google) et demande à l’agence web de faire appel à un rédacteur qui se chargera d’écrire du contenu optimisé afin de respecter toutes les règles de référencement et être ainsi récompensé en étant mieux placé dans les résultats de recherche. En sachant que la création de contenu pour une page peut chiffrer entre 50 et 200€ pièce (en fonction du nombre de mots voulus dans la page), ce genre de service peut avoir un impact réel sur le coût total du site, surtout si ce dernier contient un nombre important de pages, dont certaines avec beaucoup de contenu. D’autres services peuvent aussi être proposés comme par exemple le fait de faire une campagne de publicité, même si ce type de service est de moins en moins utilisé, les agences web connaissant assez bien les démarches à suivre pour mettre en place une campagne Google Adwords (la plus rentable, permettant à une entreprise d’afficher son site à la première page dans les résultats de recherche de Google).

Bien que cette « liste » des dépenses ne soit pas totalement exhaustive, elle donne déjà une idée de justification quant aux prix pratiqués par les agences web de nos jours. Certes, bien que payer 5.000€ puisse paraître onéreux pour un service purement virtuel, il existe en arrière-plan un réel travail de recherches nécessitant l’intervention de nombreux acteurs afin de rendre le site le plus optimal possible.

Sources :

Article écrit par Thomas Hellin

Étudiant en E-Business à la Haute École Condorcet. Passionné de nouvelles technologies, d'économie mais aussi de rédaction de textes en tous genres.