Youtube, créateur d'emplois virtuels

Youtube, créateur d'emplois virtuels

PewDiePie, Cyprien, Norman, TheFantasio974, Joueur du grenier, MrAntoineDaniel… Ces noms ne vous disent peut-être rien et pourtant, ils sont certainement les pseudos les plus connus par les adolescents sur Internet. Bien souvent pris par une envie de partage avec la communauté à laquelle ils appartiennent, ils se sont vite retrouvés sous les feux des projecteurs et ont décidé de faire de Youtube leur métier principal. Cette toute nouvelle sorte de carrière professionnelle, qui existe maintenant depuis plusieurs années, a donné naissance à un nouveau terme : youtubeur.

Logo Youtube

Mais qu’est-ce que c’est exactement, un youtubeur ? Que fait-il dans la vie ? Ce métier consiste-t-il uniquement à trainer sur son ordinateur toute la journée ? D’où vient le succès rencontré par les protagonistes ? À qui profite ce business ?

Qu’est-ce qu’un youtubeur ?

Par définition, un youtubeur est une personne qui fait des vidéos sur Youtube, rien de plus simple. Mais bien évidemment, pour pouvoir en faire son métier, il faut atteindre une certaine notoriété afin d’assurer un nombre assez important de vues chaque mois. Un youtubeur est donc un videomaker avec une notoriété certaine sur la plateforme. Précision importante : cette activité professionnelle est parfaitement légale et est reconnue par la loi, bien que le statut ne soit pas encore clairement défini et qu’il faille parfois payer pas mal de taxes pour pouvoir l’exercer en tant que métier à part entière (en Belgique par exemple).

Le youtubeur au quotidien

Contrairement à ce que certains rabats-joie pourraient penser,  youtubeur n’est pas un métier facile et certains aspects sont extrêmement difficiles à gérer au quotidien :

  • La notoriété : bien que les youtubeurs ne deviennent pas des rockstars, ils atteignent bien souvent (pour les plus gros d’entre eux) un seuil de notoriété qui leur permet d’être reconnu dans la rue (et donc dérangé lors de moments de vie privée).
  • Le temps de tournage : selon les chaines, la durée des épisodes peut passer de quelques secondes à plusieurs dizaines de minutes mais ce que les gens oublient, c’est qu’il peut y avoir (beaucoup) de temps entre deux séquences pour préparer les textes, préparer un contexte, etc… Et une fois les différentes séquences tournées, la vidéo passe ensuite au montage, ce qui peut aussi prendre pas mal de temps, en fonction du montage effectué.
  • Le Community Management : le youtubeur est à la tête d’une communauté d’abonnés qu’il doit gérer s’il veut qu’elle reste éclectique (éviter les propos racistes qui pourraient exclure certaines personnes, les propos où on exprime des opinions politiques, …). Si personne ne fait respecter certaines règles de courtoisie dans les commentaires d’une vidéo, ça peut très vite devenir l’anarchie, il faut donc modérer les commentaires, ce qui prend un temps fou quand il faut lire absolument toutes les remarques des abonnés. À noter qu’il est possible de se débarrasser de cette tâche en désactivant les commentaires sur les vidéos, comme l’a récemment fait le plus grand youtubeur mondial PewDiePie.
  • Les conventions : parler aux gens derrière un ordinateur et une caméra c’est bien, leur parler en vrai c’est mieux. C’est le but poursuivi par les organisateurs de ces rassemblements que l’on appelle « conventions », qui permettent aux youtubeurs de rencontrer leur public le temps d’une photo ou d’une signature d’autographe. Souvent, une convention dure un week-end complet et prend énormément d’énergie, les « stars » cherchant à divertir leur public comme ils le font dans leurs vidéos.

Un succès inattendu

Très vite, les adolescents (très présents sur Internet, et principalement sur les réseaux sociaux) se sont emparés du phénomène et ont commencé à suivre les aventures de ces personnes leur proposant un petit moment de détente, et tout cela gratuitement. Avec la viralité que l’on connait parfaitement sur les réseaux sociaux, les youtubeurs ont fini par convaincre d’autres catégories d’âge. C’est ainsi que des jeunes tels que Cyprien ou encore Norman sont devenus très populaires auprès des internautes de 7 à 77 ans.

Un business lucratif

L’argent, qui n’était pas le but pour la plupart des youtubeurs, est devenu une part importante de ce business car pour pouvoir se consacrer pleinement à cette activité, il ne faut pas hésiter à quitter son emploi actuel. Et pour faire vivre sa famille et payer les factures, il faut bien entendu assurer un revenu plutôt conséquent. Bien souvent, ils touchent une grosse partie de leurs revenus en fonction des pubs regardées par les internautes (on parle d’environ 1$ pour 1000 vues) mais peuvent aussi toucher diverses primes, en fonction de leur activité. Et les youtubeurs ne sont pas les seuls à récolter de l’argent sur leurs activités. Alors, qui touche aussi sa part ?

Tirelire

Youtube

Une chose est sûre : Youtube est le plus grand gagnant de ce phénomène. Outre le fait de faire faire sa pub par les youtubeurs (qui amènent des gens en allant les chercher sur les réseaux sociaux), Youtube touche aussi sa commission avec la pub affichée sur le site. Car, il ne faut pas l’oublier, la plateforme reste avant tout gratuite pour les internautes. Alors, à l’image des plus grandes chaines de télévision gratuites (le meilleur exemple étant TF1), la plateforme a décidé d’opter pour un affichage de publicités (parfois courtes et à laquelle on ne peut échapper, parfois longues que l’on peut choisir d’ignorer) avant, pendant et/ou à la fin de la vidéo.

Les networks

Très méconnu du grand public, le network est pourtant un élément indispensable de la vie d’un youtubeur. Mais quel est son rôle exactement ? Ce rôle est principalement à caractère juridique : le network négocie avec les maisons de disques, les éditeurs de jeux vidéos, etc… afin d’obtenir à ses clients le droit d’utiliser sur une de leurs vidéos une musique ou une image sur laquelle ils n’ont normalement aucun droit. Chaque youtubeur ne peut signer que chez un seul network et peut ainsi profiter de ses services en échange d’une certaine somme d’argent définie dans le contrat.

Les éditeurs de jeux vidéos (pour les chaines de gaming)

Si la chaine Youtube en est une de type « gaming » (Fantabobgames, Aypierre, Diabl0x9, …), il arrive bien souvent que les éditeurs de jeux vidéos se décident à mettre la main au porte-feuilles pour inciter un youtubeur à réaliser une vidéo sur leur jeu. Certains exigent un avis positif tandis que d’autres demandent simplement une vidéo test pour faire découvrir le jeu aux viewers. Et encore une fois, de l’autre côté, le résultat dépendra du youtubeur concerné : certains acceptent de dire uniquement du bien d’un jeu contre une jolie commission alors que d’autres veulent malgré tout garder leur libre arbitre, quitte à toucher une somme d’argent moindre.

Les youtubeurs cités dans cet article

Article écrit par Thomas Hellin

Étudiant en E-Business à la Haute École Condorcet. Passionné de nouvelles technologies, d'économie mais aussi de rédaction de textes en tous genres.